Un grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amarante
Un grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amaranteUn grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amarante

Description du produit

Un grand bureau plat ouvrant par trois tiroirs en ligne en placage d’amarante. Le plateau est décoré par un cuir maroquin dans un encadrement de placage d’amarante souligné sur le pourtour d’une astragale et d’écoinçons représentant des coquilles en bronze doré et ciselé. La façade ainsi que le dos sont agrémentés d’encadrements moulurés et guillochés, de poignets de tirages feuillagés dite en « cuisse de grenouille » et d’entrées de serrure en bronze doré et ciselé. Le tiroir central est encadré par deux bronzes représentant des tiges feuillages surmontées d’arabesque. Les cotés sont mis en valeur par un encadrement décoré en son centre par un cartouche illustrant une femme à l’antique assise sur des arabesques stylisées également en bronze doré et ciselé. Le bureau repose sur quatre pieds cambrés agrémentés de petites consoles soutenant le plateau aux angles, d’espagnolettes et de sabots de pied en bronze doré et ciselé.

Travail parisien, vers 1700

Il s’agit sans doute du travail de Noël Gérard (actif à Paris vers 1710-1736)

Il comporte une marque au feu « EHB » sous le bâti, il s’agit de la marque du marchand ébéniste, Edouard Holmes Baldock, installé à Londres au début du XIXe siècle. Il importait des objets et des meubles français pour en faire commerce. Il fournit de nombreuses grandes familles d’Angleterre.

Serrures changées au XIXe siècle par des serrures anglaises

Restaurations d’usage et cuir changé

H. 76,5 x L. 180 x P. 86 cm

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre numéro de téléphone (obligatoire)

Votre message