Buste représentaBuste d' Attis en marbre de Carrare
aBuste d' Attis en marbre de Carrare3Buste d' Buste d' Attis en marbre de CarrareBuste d' Buste d' Buste d' Attis en marbre de CarrareBuste d' Attis en marbre de CarrareBuste d' Attis en marbre de CarrareBuste d' Attis en marbre de Carrare

Description du produit

Buste représentant Pâris en marbre de Carrare d’après un modèle d’Antonio Canova. Le buste repose sur un socle pied-douche en marbre noir de la même époque.

Première moitié du XIXe siècle

Légers éclats, socle rapporté

H. 51 x L. 34 cm (sans son socle)

Le buste de notre étude représente le jeune Pâris. Il s’agit d’un des personnages les plus célèbres de la mythologie grecque. Nous pouvons le reconnaître grâce à son bonnet phrygien porté pendant l’Antiquité dans l’actuel Turquie. Il intervient notamment dans l’épisode connu sous le nom de « Jugement de Pâris » où à l’occasion d’un banquet réunissant de nombreuses divinités, Eris (déesse de la discorde) lance une pomme d’or destinée à la plus belle des déesses. Héra, Athéna et Aphrodite se lèvent alors. Zeus ne souhaitant pas les départager désigne un mortel, le dit Pâris pour effectuer cette tâche. Chacune d’entre elles lui offrit plusieurs propositions en échange du titre, mais c’est Aphrodite qui emporta la victoire. Cette dernière lui ayant promis le coeur d’Hélène de Sparthe, alors épouse de Ménélas, poussa Pâris à enlever Hélène ce qui déclencha une guerre sans précédent opposant les Troyens et les Grecs.

Antonio Canova (1757-1822) est un sculpteur italien aimé de ses contemporains et encore célèbre aujourd’hui. S’inscrivant dans le Classicisme en vogue à son époque, il n’hésita pas à s’inspirer et à reproduire des personnages mythologiques. Cette direction artistique plut beaucoup aux grands commanditaires de son temps et notamment à Joséphine de Beauharnais qui lui commanda entre 1808 et 1812 une statue en pied de Pâris, réputé pour être le beau mortel. Cette statue est aujourd’hui conservée à Saint Petersbourg au Musée de l’Hermitage. Deux autres statues en pied nous sont connues et sont conservées à la Neue Pinakothek de Munich (commandée alors par le prince Ludwig de Bavière) et au Metropolitan Museum de New York. Or, tout en exécutant la commande pour Joséphine de France, il réalisa également un buste de Pâris notamment pour son ami Antoine Quatrième de Quincy (théoricien et critique d’art français). A sa réception en 1813 (selon le livre « Canova et ses ouvrages »), ce dernier lui écrit alors « Simplicité et variété de composition, grandeur de style, vérité de nature, caractère propre au sujet, et qui est l’idéal d’un Pâris, justesse de dessin dans le tout et ses détails, harmonie dans les contours, fermeté mêlée de suavité dans les formes, beauté sous tous les aspects et dans le mouvement général, agrément et expression enchanteresse de la tête, heureux ajustement des accessoires, correction parfaite dans toutes les parties, et charme de la vie répandu sur le tout, sans aucune trace du travail. Il faut, ajoutois-je, finir de louer, parce que les expressions manquent à la louange ». En effet, Canova tente alors de représenter un visage idéal que ce soit dans les formes ou dans l’expression. Certains documents affirment qu’il existen quatre statues de marbre de pleine longueur et au moins sept bustes. Le sujet fut si apprécié que Canova et son atelier en réalisèrent plusieurs dont un conservé aujourd’hui au Art Institute de Chicago. Cependant, tout au long du XIXe siècle, de nombreux artistes ont produit des répliques de ses oeuvres majeures dont le buste de Pâris. Tout ceci prouve que notre oeuvre est considérée aujourd’hui comme un sujet fort et incontournable de la première moitié du XIXe siècle.

 

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre numéro de téléphone (obligatoire)

Votre message