CARNET DE L’AMATEUR


23 December 2021

La rue Carnot dans le centre de la Ville-Neuve de Versailles

Sous le roi Louis XIV (1638-1715), Versailles était une ville composée de deux quartiers séparés par la place d’Armes et ses trois avenues. Il y avait le quartier du « Vieux-Versailles » et celui de la « Ville-Neuve », l’hôtel de Bouillon se trouvait dans ce dernier qui était le quartier le plus grand de la ville. La « Ville-Neuve », portait ce nom suite à toutes les nouvelles constructions qui y furent bâties dû à l’arrivée de la cour au château de Versailles. Le quartier était délimité au Nord et à l’Est par le château ainsi que par le parc et l’étang de Clagny. Il était donc composé de la rue de la Paroisse, Duplessis, du marché, de la rue et de la place Hoche ainsi que la rue des Réservoirs et de la rue de la Pompe (l’actuelle rue Carnot). Dirigée de l’Ouest à l’Est, faisant 539,25 mètres de long, elle est l’une des rues les plus anciennes de Versailles, elle gardera ce nom même après la Révolution. Le nom de la rue de la Pompe lui est attribué grâce à la présence de l’ancienne pompe à eau de Versailles située au XVIIe siècle rue des Réservoirs à l’emplacement du futur hôtel de la marquise de Pompadour, faisant face à notre fameuse rue de la Pompe. C’est durant l’année 1662, que Louis XIV demande au fontainier Pierre de Francine (1621-1686), de construire la grotte de Thétis surmontée d'un réservoir et adossée à trois autres grands réservoirs. Cette grotte, située à la place de la chapelle, est toujours visible. Afin de pouvoir alimenter les réservoirs en eau, une pompe hydraulique est alors construite pour amener l’eau jusqu’au château d'eau de l’étang de Clagny. Cette pompe, qui se trouvait dans une tour octogonale située dans la rue des Réservoirs à la place de l’hôtel de Madame de Pompadour, est détruite en 1686 avec la destruction de la grotte de Thétis.

Si l’entrée de l’hôtel de Bouillon est aujourd’hui située au 2 bis rue Carnot (rue de la Pompe), au XVIIe siècle elle se situait au 10 rue des Réservoirs, faisant l’angle et s’étendait jusqu’au 4 rue Carnot. On trouvait, adossée à l’hôtel, à l’angle de la rue des Réservoirs et de la rue de la Pompe une fontaine qui avait pour avantage à Versailles de fournir de l’eau de source. Elle faisait face à l’hôtel de Trimouille.
En effet, l’hôtel de Trimouille était l’une des demeures versaillaises qui se trouvait rue de la Pompe au n°12, voisin au n°13 de l’hôtel de Condé et de l’hôtel de Noaille au n°1. Outre les hôtels particuliers des courtisans du château, les écuries de la Reine et du Dauphin y avaient également leurs places, ainsi que celles de Monsieur le duc d’Orléans.


Bibliographie :

LE ROI Joseph-Adrien, Histoire des Rues de Versailles et de ses places et avenues depuis l’origine de cette ville jusqu’à nos jours, Versailles, ed. P. Oswald, 1861, tome 1
 

fb twitter google pinterest linkedin insta youtube