24 avril 2018

No Comment

Vincent Pruchnicki

Vincent Pruchnicki

 

Aujourd’hui, voici, enfin, la deuxième partie du récit de voyage sur la côté d’Azur. Cette fois-ci, je vous propose de nous attarder sur une demeure (trop) méconnue. Il s’agit du château Borély.


Construit en plein la ville de Marseille, sur le front de mer, cette superbe maison et ses jardins datent du XVIIIe siècle. Si la plupart du mobilier originel à disparu, la majeure partie des dispositions et des décors intérieurs du rez-de-chaussée et du premier étage ont été conservés. Le mobilier de l’une des chambres et celui du grand salon ont également été maintenus dans les lieux.

A noter, le montage des garnitures textiles sur les sièges de la chambre. Il est typique du Sud de la France. Les bois sont percés de multiples trous. Les coussins de l’assise et du dossier sont montés à lacets sur les bois. Les lacets s’insèrent dans les multiples trous pour bien fixer les coussins.

Dans le grand salon, la table de jeu (ci-dessous à gauche) est attribuée à Leleu. Il s’agit plus vraisemblablement d’une réalisation de Simon Oeben.

Remarquez le goût néoclassique des boiseries, la variété des modèles de vases à l’antique et de cassolettes fumantes, alors à la mode. Relevez également les décors à sujet marin allusion à la situation de la bastide et aux fonction de son commanditaire.

La ville de Marseille a réalisé un travail important de restauration de ce château-musée qui abrite le musée de arts décoratifs et de la céramique de la ville.

Histoire

Le Château Borély a été construit au XVIIIe siècle sur le domaine rural de Bonneveine, à la demande de Louis Borély (1692-1768), un riche négociant issu d’une famille implantée en Provence depuis cinq siècles.­­­­­­­­ ­ ­Au XVIIIe siècle, la famille Borély, d’origine ­Dauphinoise, tenait un rang enviable à Marseille. Comme les riches familles commerçantes de la ville, elle possédait de nombreux immeubles et hôtels. Mais plus que l’hôtel, c’est l’obsession de la « Bastide » qui habite l’âme marseillaise. Toute sa vie, Louis Borély nourrit le projet d’en construire une sur le domaine de Bonneveine. Plus qu’une bastide traditionnelle, il veut que son projet surpasse, par ses dimensions et son ordonnance, toutes celles du terroir (où elles se comptaient déjà par centaines) et soit reconnu comme un « vrai château ».

Ainsi en 1767, de retour d’Egypte où il avait fait prospérer le négoce familial, il fait établir son projet. Il s’adresse alors à l’architecte J.-L. Clérisseau, dont le goût italianisant était célèbre dans toute l’Europe et apprécié jusqu’à la cour de Russie. L’élévation projetée fut modifiée à la française et allégée de sa surcharge décorative par l’architecte Comtadin Esprit Brun (1710- 1804). Ce dernier réalisa les travaux sous la surveillance du fils de Louis Borély, Louis-Joseph Denis (1731 – 1784) lettré et amateur d’art.

Son fils confia la décoration intérieure au peintre Louis Chaix (1744 – 1811), originaire d’Aubagne, qu’il envoya, à ses frais, étudier et chercher des motifs en Italie. Chaix conçu une décoration fastueuse de trompe-l’œil et camaïeux, de vastes compositions à sujets mythologiques pour les plafonds, les murs, les dessus de portes, parmi les gypseries et les boiseries dorées. Ces décorations firent l’admiration d’illustres visiteurs comme Charles VI d’Espagne, la duchesse de Berry, Alfred de Vigny ou encore Eugène Scribe qui ont signé le  livre d’or  conservé au château.

Le château appartient maintenant à la Ville de Marseille et constitue un précieux témoignage de l’architecture du XVIIIe siècle en Provence. Le phénomène typiquement méridional de la « Bastide » a sans doute trouvé là son apogée. Le Château Borély est bien, conformément aux souhaits de Louis Borély, la plus vaste et la plus belle des bastides du terroir.

Cette petite vidéo composée à partir de mes photographies vous montrera l’intérêt du lieu. Je vous en souhaite un bon visionnage.

 

Vincent Pruchnicki

PS: petit clin d’oeil à Sylvie, grâce à qui j’ai trouvé la motivation pour faire cette petite publication et le montage…

THERE ARE NO COMMENTS YET

Post Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *