IMG_3381_resultat
IMG_3381_resultatIMG_3395_resultatIMG_3399_resultatIMG_3390_resultatIMG_3392_resultatIMG_3388_resultatIMG_3398_resultatIMG_3387_resultatIMG_3396_resultatIMG_3401_resultat

Description du produit

Paire de flambeaux, bronze ciselé et doré, fondu en trois parties pour la tige et une pour la base, XVIIIe siècle. Dim. (H x D): 25 x 14 cm.

Le cerf surmonté d’une moucheture d’hermine sont les armoiries de la maison de Cornulier, famille originaire de Nantes. La coiffe qui domine la couronne placée sur les armoiries d’alliance est à associer avec les fonctions de parlementaires de la famille.

Selon la tradition rapportée par du Haillan, historiographe sous Henri III, la maison Cornulier, souvent orthographiée Cornillé, serait issue en juveigneurie de Grégoire de Cornillé, Sr de la Bichetière, habile chasseur de cerfs, auquel le duc Jean IV de Bretagne changea les armes vers 1380.

Claude de Cornulier (1633-1700), conseiller de Louis XIV, président au parlement de Bretagne s’installe au château du Plessis-de-Vair en 1664. Il y est fait marquis de Châteaufremont en 1683 sur ordonnance royale, ce qui explique la présence d’une couronne de marquis sur les armoiries de forme typiquement XVIIIe gravées à la base des flambeaux.

Ces flambeaux semblent avoir été faits vers 1700 et après. Aussi, il est plus probable qu’ils aient été réalisés pour sa descendance et lui aient appartenu au moins jusqu’à la Révolution:

  • Toussaint de Cornulier, président au parlement de Bretagne.
  • Cahrles René de Cornulier, président au parlement de Bretagne.
  • Louis Auguste de Cornulier (1778-1843), chef vendéen, colonel et chevalier de Saint-Louis
  • etc.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre numéro de téléphone (obligatoire)

Votre message