9 juin 2017

No Comment

Vincent Pruchnicki

Tags:
, , , , , , , , , ,

Vincent Pruchnicki

Le Petit Palais propose du 21 mars au 16 juillet 2017 une exposition intitulée « Le Baroque des Lumières ». Celle-ci est la suite de l’exposition « Les Couleurs du Ciel » présentée en 2012 au musée Carnavalet. Les deux ont pour vocation d’explorer les peintures religieuses des églises parisiennes. La première était axée sur le XVIIème siècle et la seconde sur le XVIIIème siècle.

 

JOUVENET Jean, Magnificat ou La Visitation de la Vierge, 1716, expointhecity.com

 

L’exposition tend à recréer l’architecture et l’ambiance des églises de l’époque. Par exemple, dans les premières salles on peut entendre des extraits La Messe des Morts de Jean Gilles, le requiem joué lors des funérailles de Louis XV. La scénographie plonge le visiteur dans une véritable église. Il entre tout d’abord dans la nef principale de l’église avant de longer le bas-côté nord pour arriver au chœur. Là des bancs font face à L’Adoration des Anges de Carle van Loo réalisée en 1751 pour l’église Saint-Sulpice. Le spectateur poursuit sa visite dans différentes chapelles.

 

Le chœur de l’exposition avec L’Adoration des Anges de Carle van Loo, expointhecity.com

 

Des activités ludiques et pédagogiques sont proposées. à savoir des documentaires, un quizz sur les saints et un tableau en cours de restauration.

 

Tableau en cours de restauration, imgrum.com

 

Les œuvres exposées couvrent une période allant de la Régence à la Révolution. Beaucoup sont des copies d’époque comme La Vierge en Gloire peinte par François Lemoine pour l’église Saint-Sulpice, d’autres des études préparatoires, et quelques fois des reproductions anciennes d’œuvres disparues comme celles de la Chapelle des Enfants Trouvés reconstituée pour l’occasion par le Petit Palais.

 

La Chapelle des Enfants Trouvés, mecenarp.org

 

Les peintures religieuses du XVIIIème siècle demeurent assez peu connues. Il est certain que jusqu’à présent la lecture des arts picturaux de l’époque avait favorisé l’étude des fêtes galantes, mais aussi des sujets mythologiques et des portraits.

Ces toiles trouvent en cette exposition la reconnaissance qu’elles méritent. On ne peut que saluer les moyens mis en place par le Petit Palais. Il sera également intéressant d’aller voir les œuvres originales in situ grâce à un parcours hors les murs proposé par le musée.

 

 

 

Cindy Jaouën

THERE ARE NO COMMENTS YET

Post Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *